14 mars 2010

Pas de vie sociale, mais du high score, bâtard.

   Bonsoir, kids. Tel que vous me lisez ce soir (parce que vous me lisez en temps réel, si si, je le sais, je les vois bien, vos quarante connexions par jour à guetter mon prochain article sublime), je viens de poser le point final au premier jet d'un roman qui s'appelle "Nous rendrons les hommes bons meilleurs". Un futur classique de la littérature française, à n'en pas douter.   (bon, en fait non, parce que j'ai laissé pourrir ce début de message sur le côté, et qu'en fait ce passage a été écrit hier,... [Lire la suite]