Whoupi, joyeuses fêtes, tout ça ! Bon, en vrai on s'en fout, comme chaque année. Les problèmes et les abîmes de la vie quotidienne ne font pas de pause en décembre, et en plus je passe le soir de noël ET celui du nouvel an au taf, donc ça va, quoi.
   Whoupi ! Cet état d'esprit est idéal pour parler d'une excellente série d'horreur, qui porte le nom aussi générique qu'honnête d'American Horror Story.

American_Horror_Story_TV_Poster   Ouais, je sais, l'affiche fait vachement penser à Twin Peaks, mais ça n'a pas trop à voir. Passons.
   J'ai découvert cette série par hasard, simplement grâce à une discussion avec un pote, au milieu d'une après-midi vide de quoique ce soit à faire. J'avais déjà entendu ce nom, et je croyais que c'était un truc genre "Masters of Horror". Un programme qui se faisait appeler "série" mais qui n'était en fait qu'une collection de téléfilms indépendants les uns des autres, à la façon, pour repartir plus loin dans le temps, de trucs genre "Au-delà du réel" et "Les contes de la Crypte". Mais non, faux, c'est une vraie série.
   On y suit l'histoire de la famille Harmon, qui vient s'installer dans un manoir de Los Angeles. Le père, Ben, espèce d'icône sexuelle qui va faire se pâmer les filles et les homos du public en un seul mouvement, est psychiatre, et a accessoirement trompé sa femme avec une jeune étudiante. C'est d'ailleurs là la raison de leur départ pour la Californie, histoire de mettre le passé derrière eux, tout ça tout ça. En plus, il est con, Ben, parce que sa femme, Vivien, est son pendant physique féminin, incarnant avec splendeur le fantasme de la MILF. Son seul souci, en plus de son mari volage, c'est qu'elle a fait une fausse couche il y a quelques mois, et que ça continue à la torturer. Et entre les deux parents il y a Violet, une lycéenne casse-couille (une lycéenne, donc) qui répond "rien à foutre" à tout et passe ses journées à soupirer en écoutant les Smiths.

violet_smoking

   Bon, s'il n'y avait que ça, je sais bien, on se ferait pas mal chier le cul. Mais le titre de la série contient le mot "horror", et pas, par exemple, le mot "random", donc t'imagines bien qu'il va se passer des trucs. En plus, j'ai dit qu'ils allaient habiter dans un "manoir", et on sait bien ce qu'est IMMANQUABLEMENT un manoir dans les oeuvres de fiction : il est hanté, hé oui.
En fait, on le comprend dès le premier épisode, la baraque dans laquelle ils emménagrent abrite en fait les fantômes de tous ceux qui y sont précédemment morts... Et sans trop spoiler, y'en a un sacré paquet, qui ne sont d'ailleurs pas tous liés les uns avec les autres.
   Se superposent
 donc différentes couches, différentes "générations" de fantômes, chacun avec leurs intérêts et leurs attitudes vis-à-vis des nouveaux arrivants. La quasi-totalité d'entre eux, cependant, est clairement animée par des pulsions violentes, qui vont prendre une tournure de plus en plus malsaine à mesure que la famille Harmon va s'installer.

american_horror_story_house_a_h_jpg_627x325_crop_upscale_q85   En fait, quand j'ai compris que ça allait vouloir être une vraie série, avec des personnages récurrents, une histoire suivie et tout ça, je suis devenu un peu sceptique. Ca me semblait compliqué de parvenir à être à la fois "un film d'épouvante" et "série télé". Je sais pas, les deux genres semblaient s'annuler l'un l'autre, à cause de la familiarité qu'on acquérait avec les lieux et les personnages.
   Mais non, comme souvent j'aurais dû la fermer. La série parvient, tout du long de sa première saison, à être à chaque épisode un vrai film d'horreur de 45 minutes autant que le nouvel épisode d'une série qu'on suit. On a même le droit à quelques plans gentiment gores, et à un ou deux sursauts par épisode. Y'a aussi souvent une ambiance un peu cul, ce qui n'est jamais une mauvaise chose. Le décor de la maison a été foutrement bien étudié et on finit par y repenser régulièrement, par se perdre mentalement dans sa cave ou son grenier. Et puis, autre surprise, l'ambiance méchamment gothique due au trip "manoir hanté" se niche vachement bien dans l'ambiance caniculaire et lourde de ce Los Angeles toujours ensoleillé. C'est probablement dû au filtre un peu sépia de beaucoup de scènes d'extérieur, mais ça marche vachement bien, en tout cas.
   En plus, v'là le casting de malade. Pas un personnage n'a une tête "ordinaire", ce sont tous des gueules cassées ou des visages inquiétants et cliniques. Grosse classe.

American_Horror_Story   Et puis, niveau scénario, il y a des putain de bonnes idées. Comme cette impression de revivre l'histoire de la violence américaine du XXème siècle à travers les différents fantômes de la maison. Ils sont tous issus de milieux culturels et sociaux un peu différents, et leurs morts renvoient parfois à des périodes précises de l'histoire, comme par exemple les avortements artisanaux du début du siècle ou le massacre de Columbine.
   Et mon truc favori : la réaction des Harmon face aux fantômes. Enfin, ENFIN, on a le droit à des gens qui réagissent de manière crédible à un évènement surnaturel. C'est la première fois que je vois ça depuis Cloverfield, et ça fait du bien. J'imagine que le format série a facilité la tâche, d'ailleurs... En fait, les Harmon ne pensent pas voir des fantômes. Parce qu'ils savent bien, comme toi ou moi, que les fantômes n'existent pas. Alors, pendant longtemps, la possibilité n'est ni exprimée ni pensée. Ils trouvent d'autres explications aux trucs chelous qu'ils vivent, et ils pensent à autre chose. Ils ne se mettent ni à appeler un exorciste, ni à se recroqueviller dans un coin de la pièce. Non, ils rationnalisent ce qu'ils peuvent, et font mine de ne pas voir ce qu'ils ne peuvent rationnaliser. Et ils y arrivent très bien. Pendant un moment, du moins.

   La première saison de la série, longue de 12 épisodes, vient tout juste de se terminer. Par une vraie fin, d'ailleurs, qui n'appelle pas forcément de suite, même si celle-ci reste possible. Cependant, il y en aura bien une, de suite, puisqu'une deuxième saison vient d'être confirmée. Ryan Murphy et Brad Falchuk, les deux créateurs d'American Horror Story, ont cependant laissé entendre qu'ils allaient changer de lieu et de personnages. Ok, ça roule. On verra bien.
   En attendant, tu peux déjà mater cette putain de bonne surprise (qui, en plus, est tout à fait de saison, non ?) ici, en VOST, ou sur ton site presque légal favori.