Les temps changent. Ce qui ne change pas, c'est toi en caleçon qui boit en café devant ton ordinateur en attendant que les jours passent. Et pour ce faire, les séries télé, c'est une aide de qualité contre le SSDD.
   Récemment, Michael Scott a quitté l'anciennement fantastique (et désormais très chouette) série "The Office", officialisant la pente descente que la série a prise depuis deux ans. On peut attendre la suite quand même, essayer de prévoir le rebond que ça va prendre maintenant que le personnage central n'est plus là, mais entre nous, soyons honnêtes, depuis la saison 6 on n'y croit plus vraiment.
   Par contre, bonne nouvelle. Pour préparer l'enterrement de cette série, ses créateurs en ont bâti une deuxième. Elle s'appelle "Parks and Recreation", et elle est tout ce que "The Office" n'est plus. Tes journées en caleçon vont me remercier.

   "The Office", au départ, c'était cool parce que glauque. L'éclairage au néon, les teints blafards, les scènes de quelques secondes qui montraient tout le non-sens du "monde du travail". Ce n'était pas la seule qualité de la série, loin de là, mais c'était l'une de ses composantes premières.
   Et puis la série a eu du succès, les acteurs sont devenus connus, et petit à petit, on a arrêté de les enlaidir pour les rendre plus normaux, les intrigues amoureuses ont pris de plus en plus de place, et même si la série est restée, encore à ce jour, carrément regardable et toujours très drôle, son âge d'or est désormais derrière elle, ça paraît définitif.


tumblr_ljz6kfjaAC1qcvteuo1_500
   Mais tout ça n'est finalement pas très grave. D'une part parce qu'on va pas chialer pour une série. D'autre part parce que son âge d'or, au moins, elle l'a eu, ce qui est loin d'être le cas de toutes les séries. Et troisièmement, parce que la relève est là.
   Greg Daniels et Michael Schurr sont des deux créateurs du "The Office" américain. En 2009, pour des raisons que j'ignore et que j'ai la flemme de chercher, ils ont acheté une deuxième casquette et sont également devenus les créateurs de la série "Parks and Recreation".
   Comme "The Office", "Parks and Recreation" est tournée à la manière d'un faux documentaire : les personnages sont conscients de la présence des caméras, et s'adressent régulièrement à elles de manière directe. Et comme son aînée, la justification de cette équipe de tournage n'est jamais révélée ni intéressante. Les caméras sont là, fais avec, point.
   "The Office" suivait le quotidien sans intérêt ni enjeu d'une équipe de vendeurs de papier dans la ville de Scranton, Pennsylvanie. "Parks and Recreation" suit le quotidien sans intérêt ni enjeu du département "parcs et activités" de la mairie minable de Pawnee, Indiana.
   Mêmes décors vomitifs de réalisme terne, même non-sens sans intérêt de la situation de départ. Même humour à donf, mêmes flirts avec les vannes racistes et les sujets risqués, même tranquillité sereine dans la vulgarité.
   Là où "The Office" présentait une galerie de weirdos assez attachants, complètement usés et fatigués, attendant la retraite ou, à plus court terme, la fin de la journée de travail, "Parks and Recreation" présente une bande de connards tour à tour carriéristes, mal-intentionnés, méchants, ou simplement stupides. Et bizarrement très attachants eux aussi.

 

leslieknopeLeslie Knope
   Jouée par Amy Poehler.
   Personnage principal, et vice-responsable du suscité service des parcs et activité. Service qui, d'ailleurs, est largement en sureffectif étant donné la taille de la ville et l'importance toute relative d'un tel service. Bref.
   Leslie est dévouée corps et âme à son travail. Elle aime la politique, elle aime être une femme en politique, elle aime penser qu'elle travaille à l'avancée sociale des Etats-Unis, et elle pense assez fortement qu'elle va être la première femme présidente du pays. Rappel : elle est VICE-responsable sur services "parcs et activités" de Pawnee, Indiana, ville qui doit être l'équivalent américain de Lunéville, Meurthe-et-Moselle.
   Son dévouement frise la stupidité, voire y plonge régulièrement, mais il est sincère, et d'une certaine façon, c'est le seul personnage de la série qui croit à ce qu'il fait.
   Complètement incapable avec les mecs, écrasée par sa mère, haute responsable municipale, et souvent awkward dans ses rapports sociaux en général, très vite on comprend qu'on ne va pas la détester malgré la photo de Margaret Tatcher dans son bureau.

50846646Ron Swanson
  
Joué par Nick Offerman.
   Ron est le véritable responsable du service. Et il déteste ça. De manière générale, il déteste le gouvernement et sa manie de s'occuper de la propriété durement acquise des braves Américains. Ron est un libéral forcené dont on comprend très mal quel chemin sinueux a pu le pousser à travailler pour une mairie. Mairie qu'il adorerait  voir se faire privatiser et qu'on n'en parle plus, merci bien.
   Sinon, Ron est un homme, un vrai. Ses repas sont composés d'un ou deux steaks, et la salade a à peine statut d'aliment à ses yeux. Il aime les cigares, les armes à feu, et bricoler dans son atelier. Il a été marié deux fois, et a divorcé deux fois. Chacune de ses femmes s'appelait Tammy. Comme sa mère, par ailleurs.
   Bizarrement, Ron n'a par contre aucun problème à laisser une femme diriger son service à sa place, et n'a rien contre les jeunes non plus. Du moment qu'ils sont libéraux.

tomTom Haverford
  
Joué par Aziz Ansari.
   Oh yeah ! Ca y est, on rentre dans les bons connards de la bande.
   Tom est employé du service. On l'imagine troisième dans la hiérarchie démesurement compliquée de cette mairie, mais rien n'est moins sûr.
   Ce qui l'est davantage, par contre, c'est que Tom s'en bat la race, de son boulot. Lâcheté et paresse, deux de ses qualités premières, ne l'empêchent pas d'être également ambitieux et prétentieux. Toujours au taquet quand il s'agit de draguer une fille qui passe au bout du couloir ou de s'exhiber dans un nouveau costume hors de prix, tout le monde devrait le détester. Personne n'y arrive vraiment.
   Probablement parce qu'il fait un mètre soixante, n'arrive jamais à serrer la moindre fille (même sa soi-disante femme se révèle très vite être une Canadienne qui cherchait un mariage blanc) et s'embourbe toujours dans des traquenards sans fin lorsqu'il cherche à devenir multimillionnaire. A ce propos, son meilleur pote et alter-égo s'appelle Jean-Ralphio, et chacune de ses apparitions me provoque un orgasme.

ann_perkinsAnn Perkins
   Jouée par Rashida Jones (qui avait d'ailleurs joué dans "The Office", aussi).
   Elle ne fait pas partie du service, mais squatte les locaux en permanence. Jeune infirmière, elle se rend dans le premier épisode de la série à une réunion municipale pour parler de sa situation : à côté de chez elle il y a un immense trou, reste d'un chantier de démolition, et elle aimerait bien que la mairie transforme cette office de tourisme de l'enfer en parc. Leslie va en faire sa mission sacrée.
   Très vite les deux femmes deviennent meilleures amies, sans qu'on comprenne tout à fait pourquoi. Chacune voit dans l'autre un modèle, je sais pas trop.
   Ann est jolie (assez pour que Tom la drague une fois par épisode minimum), gentille, motivée... A part Leslie et Tom (qui a grave la dalle), tout le monde à la mairie la déteste.
   Ann est aussi le perso le moins intéressant de la série. Mais elle est gentille, alors j'ai pas envie de faire un paragraphe trop long là-dessus.

Andy_DwyerAndy Dwyer
   Joué par Chris Pratt.
   Andy est (du moins au début de la série, il ne va pas le rester longtemps...) le copain d'Ann. Et là, on comprend rien.
   Andy est à la limite de l'attardé mental. Il joue dans un groupe qui change de nom à chaque épisode, et, bourré en rentrant de répète, il tombe dans le trou dont il est question plus haut et se casse les deux jambes. Ce qui lui permet de rester chez lui pour jouer à la Wii, et de se faire nourrir par Ann. Il ne déteste pas.
   Plus tard, mis à la porte, il va vivre dans le toujours suscité trou, et devenir potes avec des clochards et des rats. Puis, enfin, sommet de son ascension sociale : il devient le cireur de chaussures officiel de la mairie.
   Gloire et honneur à Andy Dwyer. Chacune de ses répliques est un gag immortel.

 

aprilApril Ludgate
   Jouée par Aubrey Plaza.
   J'ai une fâcheuse tendance, dès qu'une fille un peu chelou apparaît dans mon champ de vision, à tomber amoureux d'elle, qu'elle soit fictive ou réelle.
   Mon dernier crush en date est April. La stagiaire du service, qui à 20 ans a toutes les raisons de trouver son quotidien insupportable. Elle vit la tête rentrée dans les épaules, voue une haine sans borne pour tous ses collègues, et refuse assez catégoriquement de faire le moindre effort qui irait dans le sens de travailler. Elle laisse sonner le téléphone sans jamais répondre, fait de même avec les collègues qui tentent de lui parler, et lance des regards de meurtrière psychopathe à la caméra.
   Ron l'adore, forcément.

markMark Brandanawicz
   Joué par Paul Schneider.
   Un employé du service d'aménagement immobilier de la mairie. Et un soi-disant "old love-affair" de Leslie. Sauf qu'en fait ils ont couché une fois ensemble il y a sept ans, et que si Mark a quasiment oublié l'histoire, Leslie devrait vite fait passer à autre chose.
   Mark est le perso qui rappelle le plus "The Office" dans son rapport au travail et dans l'écriture même que les scénaristes produisent pour lui. C'est un type sympa et ordinaire, le chic type qui vit dans votre quartier et sur lequel vous n'avez pas grand-chose à raconter. Moi non plus, en fait.
   Ouais, si, les love-affairs, le lecteur aime ça : donc Leslie est encore vaguement intéressée par lui. Mais Mark s'en fout un peu, et est surtout intéressé par Ann.

   Bon, voilà, en gros c'est le cast important des deux premières saisons. Il y en a actuellement trois, et ça reprend à la rentrée. Ca doit être vu par vous, gents lecteurs. Sérieusement. Vous n'avez rien de mieux à faire, et certainement pas de séries comiques supérieures sous la main. C'est totalement inédit en France, et comme d'hab, ça se regarde ici en sous-titré.
   "The Office" est mort, vive "Parks and Recreation".
   Putain, elle pue, cette phrase de conclusion...