Parfois, les choses sont ce qu'elles sont, les roses sont roses, les violettes violettes, mon haleine sent l'alcool de la veille, le radiateur de ma cuisine ne chauffe pas, et je regarde des films que je n'ai pas vraiment envie de voir. C'est l'influence de l'automne, ça. De manière générale, je soupçonne fortement cette saison de nous pousser à ne faire que des choses tièdes. Actes gris pour pensées grises pour ciels gris. Blaaah.
   Bref, t'as compris. Si mon article précédent était clairement d'une importance capitale dans l'histoire de l'Internet, celui-ci est à peu près son parfait contraire, et peut aisément ne pas être lu. Mais bon, lis-le quand même, t'as rien d'autre à faire.

250px_338px_Helga   Donc ouais, déjà, j'ai récemment maté une quantité non-négligeable d'épisodes de "Hé Arnold !", dessin-animé qui n'a absolument pas bercé mon enfance, puisqu'il a commencé à être diffusé alors que j'étais déjà au collège, voire au lycée. Pourtant, j'avais toujours apprécié, quand je tombais dessus au détour d'un samedi matin vautré dans le canapé familial, un bol de céréales dans une main et une démotivation générale toute lycéenne dans l'autre. Ce dessin-animé me plaisait, c'est ainsi, j'y peux rien. Processus régressif, désir de retour à l'enfance, appelle ton psy, il t'expliquera mon cas.
   Bref, maintenant je ne suis même plus lycéen mais carrément adulte, et j'ai quand même trouvé le moyen de me refoutre devant des épisodes de "Hé Arnold !". Alors que je n'ai même plus la télé, d'où performance. Internet contrôle grave la zone. En ce moment je dors bien, je me réveille sans rush, et j'avais envie d'un rituel du matin avant de partir en cours. J'ai trouvé ça.
   Quelques trucs sur "Hé Arnold !" :
   1) Helga Pataki, le personnage que vous pouvez admirer à gauche de ce texte immortel, est géniale, c'est la meilleure gosse de l'histoire des dessins-animés pour enfants, un genre de croisement entre Daria et Bart Simpson parfaitement réussi. J'aimerais dire que je suis amoureux d'elle, mais elle a genre neuf ou dix ans, donc je vais m'abstenir.
   2) Le reste, c'est la classique "bande de gosses de banlieue américaine", qui font du baseball, commentent les potentielles histoires de couples dans la classe mais ne se retrouvent jamais à être effectivement en couple, se racontent des histoires de fantômes pour l'épisode d'Halloween, gagnent la course de caisses à savon grâce à l'esprit d'équipe, et blablabla. Ultra-classique, ultra dans le sens du poil, efficacement fait, mais t'es bien sûr déjà au courant de tout dix scènes en avance.
   3) Mais quand même, ils sont où, ces dessins-animés, maintenant ? Allumez votre télé un samedi matin, pour rigoler. Y'a plus QUE des trucs en images de synthèse, désormais. En général c'est sur un gosse qui a des potes extraterrestres, ou sur un gosse qui fait des inventions, ou sur un gosse qui fait des inventions extraterrestres. En images de synthèse. Ca fait très exactement huit mille ans et trente-sept jours que j'ai plus vu un dessin-animé récent qui se raccroche à la sale vieille bande de gosses. Au mieux, maintenant, t'as le side-kick marrant du héros, son love-interest, son ennemi, et c'est tout. Et des extraterrestres. En images de synthèse. Rhâââ. Je dois devenir vieux.
   4) Helga Pataki.
   5) Comme je suis grave un fanboy, j'ai été jusqu'à regarder "Hé Arnold ! Le film". Bah j'aurais pas dû. Super pourri, probablement fait par des mecs qui ne bossent que de loin sur la série, plus un résumé qu'un véritable feu d'artifice pour fans (ouais, tu peux être fan à sept ans), Helga est naze, et en plus la version que j'ai vue avait des voix françaises affreuses, très loins de celles de la série.
   6) Je suis absolument certain que toutes ces infos sur "Hé Arnold !" vont vous être d'une utilité lourde de sens dans les prochains jours. Enfin, au moins, ça vous donne une idée de l'intensité de mon quotidien. Je vis grave à quatre-vint-huit miles à l'heure.