31 juillet 2010

Ecrire, c'est pas magique. Connard.

   Stephen King est mon auteur favori.   Il n'a pas écrit mon livre favori ("L'attrape-coeurs", de J.D. Salinger), mais il a la carrière et le point de vue qui me touchent le plus.   Je viens de terminer la réécriture d'un roman ("Nous rendrons les hommes bons meilleurs", futur joyaux de la littérature française à n'en pas douter), durant laquelle mon livre de compagnie fut "Ecriture", dont vous pouvez voir la couverture à droite. Je sais, on dirait celle d'un roman d'amour... [Lire la suite]

14 juillet 2010

Demande à la chance

   Mes amis de la vraie vie ont déjà entendu cette histoire mais je la raconte à nouveau ici : il y a quelques temps (un gros mois), j'ai assisté dans le métro parisien à l'un des spectacles les plus immondes de ma vie.   Tranquillement, j'étais occupé à ne faire de mal à personne, assis en attendant mon métro. A la gauche de mon champ de vision apparaît alors un type qui, immédiatement, attire mon attention. Son allure n'était pas incroyable (vêtements ordinaires, look bizarre mais pas ouf non plus, cinquante ans,... [Lire la suite]
12 juillet 2010

A douze ans, j'avais un X scotché sur ma fenêtre. Toi-même tu sais.

   En ce moment je profite des milliards d'heures sup' que je fais ce mois-ci pour rematter des épisodes des X-Files. Fioush. Coup de vieux. Je crois que ça a été le deuxième truc de ma vie (juste après Dragon Ball) dont j'ai été vraiment fan au dernier degré. Je me souviens que je me faisais des fiches sur chaque personnage de la série, et que j'avais bricolé tout un organigramme censé synthétiser toutes les conspirations du gouvernement américain d'après Mulder et Scully. J'étais en sixième, j'ai plein d'excuses. ... [Lire la suite]
08 juillet 2010

Bande-son du retour à la maison

   Tu connais cette sensation, je présume. Et puis, j'en ai déjà pas mal parlé ici. Le retour en terres. Quelques jours passés dans une maison familiale vide, Plaisir, Yvelines, 78370. Des potes restés là-bas et des potes partis de là-bas, des souvenirs de filles, de disques, de retour à la maison, de soirées lycéennes, de noms et de lieux désormais passés.   Tu peux bien retourner devant ton ancien collège, y rester des heures, ça ne fera pas de toi un collégien à nouveau, tu vois ce que je veux dire ?  ... [Lire la suite]