Ok, la vie est merdique, Paris n'est qu'une énorme bouse puante dont les habitants sont des vers, mon avenir va être exactement ce que je ne voulais pas qu'il soit, j'ai trahi l'ado que j'étais, et même pas pour devenir riche et célèbre : juste pour devenir officiel, acceptable socialement. Pour avoir un boulot normal.
   Il faut retrouver la route.
   Bon, tout ça est grave ou pas, mais la musique continue.

l_868e750613854b59957d3632e402995a   Aujourd'hui j'ai beaucoup écouté ça. Elle s'appelle Allison Weiss, je ne sais rien d'elle pour le moment, et elle écrit des chansons de bâtards. Paie ta félure dans l'émotion, paie ton énergie, paie ton envie de revenir... Quoi ? Trois ans. Trois ans suffiraient ! Ramenez-moi trois ans en arrière...
   Cette meuf déchire. C'est "indie" sans être prétentieux, ça pourrait se glisser sans préliminaire entre les cuisses de n'importe quelle série télé pour ados (dans ma bouche, c'est à peu près un compliment), et ça donne envie de marcher un peu plus vite dans la rue. Tu vois ce que je veux dire ?
   Meilleure chanson pour l'instant : "Fingers crossed". Mais toutes déchirent.
   Ces gens me mettent mal. Les gens doués qui semblent proches de moi. J'ai moins de mal avec les génies et les types vraiment très haut. Mais la post-ado qui fait exactement la musique que je kiffe, le nerd mal dégrossi qui arrive à vivre en faisant des émissions sur la bd et un blog... Ca fait penser à soi, au temps passé sur les bancs de la fac à vouloir être ailleurs, aux espoirs crevés et ce genre de trucs. J'ai du mal à croire à l'avenir.

l_5d17706288ad41fdbb1dff72ebab6435   Si je suis tombé sur Allison Weiss, ce n'est pas par pur instinct génial (instinct génial que j'ai, cela dit, mais ce n'est pas le sujet ici), mais par jeu de lien sur MySpace. Non, MySpace n'est pas encore mort.
   La page d'où je suis parti est celle de Kimberlie & Clark, un duo strasbourgeois que je sens capable de te faire chialer à cent mètres de distance.
   Je connais (très vaguement) le pendant mâle du duo, mais il n'est pas encore au courant que j'écris sur eux, et doit être à mille lieues de se douter que j'ai passé une semaine à n'écouter qu'eux dès que j'étais chez moi.
   On peut balancer des mots, genre "pop-folk", "émotion", "don pour la mélodie", "putain de voix", on peut faire les malins et jouer aux journalistes musicaux, mais ils ne méritent pas ce traitement de merde. Me dire que ces deux gosses se sont retrouvés dans la même pièce, se sont dit "tiens, si on faisait de la musique ensemble ?" et ont accouché de ces titres... Bordel. Reprises ou non, je m'en tape. Qu'on ne me parle de rien, qu'on ne me fasse chier avec aucune considération, aucune étiquette de style, aucune mention sur aucun forum. Qu'on me laisse seul avec la musique de ces deux sublimes personnes.
   Des enculés quelconques s'entourent de dix ingénieurs son, se font produire la gueule à coups de millions de dollars, squattent la télé, internet, se branlent les uns les autres en s'arrosant de champagne dans des baignoires pleines de coke, jouent les dandys à Montmartre et se disent artistes, et pendant ce temps-là, Kimberlie & Clark sont le meilleur truc que j'ai entendu en ce début d'année.